2021 Lannion. Une souscription pour restaurer la chapelle Saint-Joseph

Une campagne de dons est lancée pour poursuivre la restauration de la chapelle Saint-Joseph à Lannion.

L’Association Saint-Joseph, l’association des anciens élèves, l’Arssat et la Fondation du patrimoine sont au chevet de la chapelle Saint-Joseph à Lannion. (©Le Trégor)

Avec ses 83 printemps, la chapelle Saint-Joseph à Lannion fait figure de jeunette en regard de ses vénérables consœurs. Pour autant, l’édifice accuse aussi son âge et un copieux plan de rénovation en quatre phases est prévu.

Après les vitraux de la façade Nord en 2015, c’est cette fois la toiture en son entier qui est concernée. Si, de l’intérieur, la voûte bardée de béton armé bleu impressionne toujours, la couverture craque au point qu’il y a « urgence », situe Denis-Marie Lahellec, délégué à la Fondation du patrimoine Bretagne. Avec un an de retard, le chantier démarre ce mois de juillet.

Coût : 400 000 €

Comme il y a six ans, la Fondation vient en aide à l’Association Saint-Joseph via une campagne de dons. Cet appel au mécénat populaire ne sera pas de trop pour boucler un budget estimé à 400 000 €.

« On a besoin de beaucoup de donateurs », confirme Danielle Marec, présidente de l’association propriétaire.

La chapelle étant un site privé, elle ne peut recevoir de subventions des collectivités régionales ou locales. Le chemin de croix signé Xavier de Langlais a permis d’obtenir son inscription aux Monuments historiques, ouvrant la voie à une aide de la Drac à hauteur de 20 %. « La Fondation Delestre nous soutient également pour la partie menuiseries », complète Danielle Marec.

Le reste sera sur les fonds propres de l’association qui espère que la collecte rapportera 30 000 €. Voire mieux pour inclure quelques travaux d’étanchéité.

« Pas de l’argent perdu »

Les dons donnent lieu à une réduction d’impôt. « Ce n’est pas de l’argent perdu mais une souscription civique. Le patrimoine appartient à tous, même s’il est privé. Les Lannionnais sont les acteurs de sa conservation », plaide Geneviève Le Louarn, déléguée départementale de la Fondation du patrimoine.

Qui loue une « architecture exceptionnelle », fruit du travail de l’architecte James Bouillé et du peintre Xavier de Langlais, avec les artisans trégorrois.

Trop méconnue

 « C’est une richesse que l’on doit garder et faire connaître. »

Danielle MarecPrésidente de l’Association Saint-Joseph

C’est là le cheval de bataille de l’ancienne conseillère principale d’éducation du lycée Bossuet.

La notoriété de la chapelle Saint-Joseph souffre de son enclavement au sein de l’établissement scolaire éponyme. « Je pensais l’ouvrir sur la cité mais cela n’a pas été possible ». Et le plan Vigipirate n’offre aucune marge de manœuvre.

Le lieu n’est ouvert au public que lors des visites guidées de l’Arssat. « À chaque fois, les gens sont extasiés ! », remarque la présidente.

Qui mise sur l’expo Xavier de Langlais proposée tout l’été aux Ursulines par la Ville pour créer une passerelle vers la chapelle.

À lire aussi

Dix mois de travaux

En attendant une possible visite, la souscription ouvre une belle opportunité à tout citoyen ou entreprise de se réapproprier un maillon essentiel du patrimoine local. Il est possible de faire un don près à présent et tout au long du chantier dont la livraison est escomptée en avril 2022.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.