Biographie de Xavier de Langlais (1906-1975) pour l’exposition de St Brieuc

XAVIER de LANGLAIS
LANGLEIZ 1906 – 1975

1906 – Naissance à Sarzeau (Morbihan), villa « La Madeleine » dans une ancienne famille bretonne. Son enfance est partagée entre Cohanno en Surzur (Morbihan) et Argelès-Gazost dans les Pyrénées, où les hivers plus ensoleillés attiraient ses parents pour des raisons de santé. Dans ces conditions, ce sont les précepteurs qui feront son éducation. Parmi eux, l’abbé Carazé, vicaire à Argelès, aura une influence déterminante sur sa culture, lui faisant découvrir la littérature et aimer le Pays Basque.

1922 – Rentre aux Beaux-arts de Nantes. L’appui de sa mère et de sa tante fut déterminant pour obtenir l’autorisation paternelle de suivre des cours de dessins.

1926 à 1928 – Rentre à l’Ecole des Beaux-arts de Paris. Au cours de ce séjour parisien, il se rapproche de sa Bretagne. Il profite de ses moments libres pour apprendre seul le breton dans les livres. Son amitié se renforce avec le graveur Xavier Haas, rencontré à Sarzeau avec qui il crée des liens qui dureront jusqu’à la fin de sa vie.

1928 – Retour en Bretagne à Cohanno,

il rejoint le mouvement Seiz Breur, atelier d’art breton multidisciplinaire auquel il fut étroitement associé dès 1928.

1929 – Création de l’atelier Breton d’art chrétien avec l’architecte James Bouillé. Il débute sa carrière de peintre décorateur d’églises tout en poursuivant ses recherches sur la technique de la peinture (il développera la technique du lap, mélange de céramique et de ciment). Son désir de perfection lui faisait préférer ses œuvres picturales récentes au détriment parfois de son œuvre passée. Il lui arrivait de détruire des vieilles toiles ou de les retourner pour les réutiliser. (cf. Etude préparatoire du Grand prêtre).

1931 – Mariage avec Annick Gazet du Chatelier dont il aura quatre enfants (Gaëtan, Michael, Tugdual et Rozenn) et qui toute sa vie lui offrit un soutien et continua à faire connaître son oeuvre après sa mort.

        Vierge des moissons de Surzur                     de mai 1939 détail 

De 1932 à 1966 – Décore 18 églises et chapelles bretonnes et réalise neuf chemins de croix. Sa première grande composition pour un édifice religieux est celle de l’église de l’Institution Saint-Joseph de Lannion en 1933.

1937 – Réalisation du Pavillon de la Bretagne à l’Exposition Internationale de Paris. Il peint également cinq Taollenou (cartes peintes de mission) commandés par les Pères Montfortains. Il refera deux autres séries, dont la dernière est aujourd’hui conservé au Musée de Lesneven.

1939 – Début de la 2nde Guerre Mondiale. La mobilisation le garde inactif à Vannes. Les commandes artistiques se raréfient en ce temps de guerre.
1941 – Départ pour Rennes avec sa famille où il devient critique artistique et littéraire au journal La Bretagne. Il vivra dans la capitale bretonne toute sa carrière de peintre.

1946 – Publie son premier roman : Enez ar Rod (L’île sous cloche). Régionaliste convaincu, il s’implique également dans le mouvement culturel breton où il a joué un rôle déterminant pour l’unification de l’orthographe du breton.

1948 – Devant la précarité de la vie d’artiste, il accepte de donner des cours du soir de dessin à l’école des Beaux-arts de Rennes. Il participe également à la renaissance de l’édition en breton avec la maison d’édition et de diffusion Ar Balb. Elu président du Cercle Celtique de Rennes et membre cofondateur du Camp des bretonnants avec Vefa de Bellaing et Ronan Huon, il n’a cessé de se dévouer à la cause Bretonne.

1949 et 1956 – Les évêques de Saint-Brieuc, Mgr François Serrand puis Mgr Armand Coupel lui offrent ses plus belles réalisations : la crypte du Grand séminaire Saint-Yves en 1949 et l’oratoire de l’évêché de Saint-Brieuc en 1956.

Les dernières années de sa vie sont principalement consacrées à son œuvre littéraire. Il publie la Technique de la peinture à l’huile en 1959, le Roman du Roi Arthur en 5 volumes (le roman du Roi Arthur (1965), Lancelot (1967), Perceval (1969), la quête du Graal (1971) et la fin des temps aventureux (1971). Traduit en japonais et en hollandais, le Roman du Roi Arthur appartient au thème universel de la légende Arthurienne et a été couronné par la Société académique Arts-Sciences-Lettres.

1975 – Mort à Rennes à 69 ans.
Son oeuvre de peintre a été récompensée par le Prix Blumenthal en 1939 et le Prix de New York en 1962. Son oeuvre d’illustrateur est aujourd’hui conservé au Musée de Bretagne à Rennes, quant à son oeuvre religieuse, elle peut être admirée dans de nombreuses églises de Bretagne.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.