Saint Brieuc – Les saints de Bretagne

Code XL : ILLU-TR-ST-BRI-IO

Titre :

Saint Brieuc

Cet extrait est issu de l’ouvrage « La Jeunesse bretonne sur les pas de ses Saints », écrit en 1936 par Marthe Le Berre.

Saint Brieuc est une des grandes figures de l’émigration bretonne, en même temps qu’il semble avoir été une sorte d’agent de liaison entre les deux Bretagnes, de l’île et du continent, par les nombreux voyages qu’il fit de l’un à l’autre.

Ce saint naquit dans le Comté de Cardigan, sud-ouest du pays de Galles, de parents païens. Cependant, la tradition veut qu’un Ange ait apparu à Eldruda, sa mère, et l’ait avertie de la sainteté de l’enfant qu’elle mettrait au monde. Le messager céleste ordonnait, en même temps, à Eldruda, d’embrasser la foi chrétienne, elle et son mari, Serpus. Cette double conversion, s’il faut en croire certains auteurs, sera, mais bien plus tard, l’œuvre de Brieuc, lui-même. Cependant, de la visite de l’Ange, les parents du jeune saint avaient retenu l’ordre d’envoyer leur fils en Gaule, à St Germain d’Auxerre. Ce saint évêque serait son maître dans les sciences humaines et divine. La première entrevue du Maître et du Disciple fut marquée d’un prodige : tandis que Brieuc s’avançait vers Germain, on vit une colombe le précéder et planer au-dessus de sa tête, au moment où il s’agenouillait devant l’évêque. Celui-ci, à la vue de l’enfant, fit cette prédiction : « Voici un enfant de la nation des Coriticiens, distingué par la noblesse de sa naissance, intelligent, et plein de jugement, orné déjà de bons principes, malgré son âge tendre, et prédestiné par Dieu à devenir le chef de la religion sainte dans le pays où il né ».

Brieuc, à cette époque, n’a pas encore atteint sa dixième année et déjà il est le modèle des écoliers de Germain. Dès son plus jeune âge, du reste, il faisait l’admiration de son entourage. Tout enfant, à la maison paternelle, on l’avait vu, au lieu de jouer, s’essayer à écrire sur des tablettes. Cet amour de l’étude l’y fait s’appliquer de telle manière que, dit un ancien biographe, il apprit, en un jour, tous les éléments du latin. Au bout de cinq mois, il possédait par cœur le psautier entier. Il ne mit pas moins d’ardeur à acquérir les Arts libéraux, ensemble de savoir qui constituait tout ce qu’un homme intelligent et cultivé devait posséder, lorsqu’était accompli le cycle de ses études. Mais quelque diligent qu’il fût à s’assimiler la science humaine Brieuc se passionnait surtout pour la connaissance de Dieu et des choses divines. Il travaillait aussi à orner son âme des vertus de piété, d’humilité, de charité. Cette dernière lui était, semble-t-il, plus précieuse qu’aucune autre. On raconte de lui, tandis qu’il était encore écolier, ce joli trait : Il alla un jour, puiser de l’eau pour les usages du monastère avec une cruche appartenant à la communauté. Chemin faisant, des lépreux lui demandent l’aumône. Or Brieuc n’avait jamais su résister à des sollicitations de ce genre. Plusieurs fois, déjà, il avait donné, faute d’autre chose à sa disposition, quelque partie de son propre vêtement. Dans un élan généreux, et sans autrement y réfléchir, il cède à ces miséreux la cruche qu’il a en mains. Cet acte avait été surpris d’un serviteur jaloux qui alla en faire, à Saint Germain, un rapport immédiat. Le saint abbé ordonna qu’on fît venir le coupable. Averti par un de ses frères, Brieuc se rendit compte alors qu’il avait détourné un objet ne lui appartenant pas. Effrayé, il se prosterne et prie Dieu de lui venir en aide. Quand il se relève, il voit, près de lui, une belle cruche de cuivre. Remerciant Dieu, il la prend et se rend près de l’abbé. Le maître feint l’indignation. Sévèrement il interroge : « Pourquoi as-tu donné aux lépreux, par vaine gloire, la cruche qui était nécessaire au monastère ? Lève-toi vivement et va la chercher. » A ces mots, Brieuc découvre la cruche obtenue à sa prière : « Est-ce là, Maître, la cruche que vous demandez ? » Et Germain de s’écrier : « Cet enfant est plus juste que nous, puisqu’il est ainsi rempli de la grâce divine ! ».

Pour lire la suite de cet article, vous pouvez commander notre numéro 9 – l’âme bretonne via notre Boutique en ligne.

Type d’illustration :

Année : à préciser

Type d’édition : Illustration originale (IO)

Thème : Thème religieux (TR)

Dimensions : 5 X 10

 

Annexe(s) :


Original :




Ajouter un original à cette illustration



Ajouter une annexe à cette illustration

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.