1960 CHEMIN DE CROIX de l’église de PLOEMEUR (56)

Titre : CHEMIN DE CROIX de l’église de PLOEMEUR

Thème : Œuvre monumentale

Lieu  : l’église de PLOEMEUR

Illustrateur : Xavier DE LANGLAIS

Année de réalisation : 1960

Dimensions : 110*70 pour chaque station.

Nombre de stations : 14

Histoire de cette commande :   Chemin de croix réalisé par Xavier de Langlais en 1960

Les bombardements de Lorient  en fin de seconde guerre mondiale n’ont pas épargné la commune voisine de Ploemeur. Partiellement détruite l’église du bourg est reconstruite sur les bases anciennes. La première restauration abouti pour 1960. Xavier de Langlais reçoit la commande d’un chemin de croix qui est un thème récurent dans son œuvre depuis 1930.

Il envisage son œuvre en adéquation avec l’ensemble du volume intérieur du bâtiment. Les lignes sobres dominent avec l’usage, fréquent à l’époque, du béton. Son choix se porte  sur l’emploi d’un simple ton noir profond légèrement verdâtre sur un fond crémeux, écrit il à l’évêque de Vannes le 2 mai 1960.

 

 

 

 

 

Les quatorze stations traditionnelles sont placées de part et d’autre de la nef,

dès le début de sa réflexion, il les place ainsi dès 1958 sur le plan de l’église en chantier. Le style de ces panneaux, tous de taille identiques, est similaire. La recherche tend nettement à un dépouillement. La simplification chromatique appuie celle du dessin qui évoque le trait libre et puissant de l’esquisse, l’ensemble étant mis en évidence par le centrage des scènes qui tend presque parfois à un effet de loupe. Les détails annexes de la dramaturgie sont quasiment exclus. Très peu de personnages sont évoqués, même les bourreaux sont partiellement figurés. Pas de pathos outrancier, gravité et quiétude invitent au recueillement sur ce parcours de rédemption.

Code XL : OM-CCPLOE-EO

 

Station IV

Station VI

Station XII

 

Il préparait ses céramiques de grandes dimensions sous la forme d’esquisses à l’échelle, qu’il recopiait ensuite patiemment sur l’émail cuit. Il use de son trait comme il le ferait sur le papier ou la toile, à ceci près qu’il travail avec patience la dimension alchimique de la céramique, ayant test divers procédés avant d’adopter celui-ci. En pratique Il fait appel à Jacques Marie de l’atelier du grand feu à Rennes pour la cuisson.

Ce grand chemin de croix n’aurait il pas pu être réalisé dans un autre matériau? Sans doute, mais Xavier de Langlais aurait il retrouvé, dans un autre matériau la possibilité de l’usage d’un chromatisme à minimis tout en conservant la puissante transparence et la brillance tenace du dessin en noir sur un émail blanc mat ? La qualités de conservation des céramiques a été retenue aussi, écrit il à l’évêché, sur du grès compte tenu de l’état des murs salpêtrés rendant inéluctable la destruction d’une autre matière.

Les lignes sont très pures et expressives sans doute influencées par la gravure de son ami Pierre-Yves Trémois.

Une très belle méditation de chemin de croix a été réalisée par le diocèse de Vannes  en 2021 :

 

Illustrations associée(s) :

repereautre


Annexe(s) :

repereannexe

Ajouter une annexe à cette publication

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.